[LMV] Ouate de cellulose ISOCELL

19 juillet 2024, par Eloise

Catégorie : Espace pro

Des performances et des avantages à ne pas négliger

Depuis le choc pétrolier de 1974 et la création des premières règlementations thermiques, nous sommes tous sensibilisés aux économies d’énergie et connaissons déjà bien les principes de la lutte contre le froid. Toutefois, une bonne isolation est bien plus complexe et soumise à beaucoup plus de paramètres pour être véritablement efficace. Les avantages de la ouate de cellulose ISOCELL que nous vous présentons ici permettent de répondre pleinement aux contraintes de ces paramètres.

A. Sommaire des performances essentielles :

1. La conductivité thermique : résistance thermiquedéphasage thermique

2. L’épaisseur nominale : résistance thermique – déphasage thermique

3. La densité de pose : résistance thermique – déphasage thermique – flux rotatif

4. La chaleur spécifique ou capacité thermique massique : déphasage thermique – réaction au feu

5. La résistance à l’écoulement d’air : flux rotatif – réaction au feu

6. L’Euroclasse : réaction au feu

7. La classification aux émissions de COV B.

Sommaire des avantages procurés :

1. La résistance thermique et la lutte contre le froid

2. Le déphasage thermique ou confort d’été

3. Le flux rotatif d’un caisson

4. La réaction au feu

A. Les performances techniques essentielles

1. La conductivité thermique

C’est la propriété selon laquelle des corps transmettent la chaleur par conduction, rayonnement ou convection. Elle s’exprime en W/mK, soit combien d’énergie nécessaire pour compenser la perte d’un degré Kelvin sur 1 mètre d’épaisseur du matériau. Cette valeur est nommée λ.

Les conductivités thermiques de la cellulose ISOCELL figurent parmi les plus basses (0,039/0,041).

2. L’épaisseur nominale

Il s’agit en fait de l’épaisseur d’isolant sur l’ensemble de sa durée de vie. En fonction des matériaux et des mises en œuvre, un isolant sera sujet ou non à un phénomène de tassement. Celui-ci est fonction de la qualité des fibres, de leurs liaisons et de leur densité.

Les tests effectués dans le cadre d’Agréments Techniques Européens, aujourd’hui Evaluations Techniques Européennes, sont de 3 natures et selon la norme ISO/CD 18393 de 2002-08 :

 Tassement à plat par choc

 Tassement vertical par vibration

 Tassement climatique

En France et dans le cadre des adaptations à la règlementation nationale, le CSTB comme l’ACERMI ne se contente pas de ses valeurs et impose des catégories de tassement supérieures. D’où la nécessité de différencier en soufflage ouvert l’épaisseur nominale (après tassement) et l’épaisseur de pose (avant tassement). Pour les autres mises en œuvre, épaisseur nominale et épaisseur de pose sont identiques.

Grâce aux faibles conductivités thermiques, ISOCELL offre les plus petites épaisseurs nominales.

3. La densité

Elle est toujours considérée comme une densité de pose avant tassement, s’il y a lieu. Les densités théoriques des Agréments Techniques Européens, Avis Techniques du CSTB ou certifications ACERMI s’expriment généralement pour les produits en vrac sur des fourchettes, car elles dépendent des volumes et donc des épaisseurs nominales.

Elles définissent ainsi les limites selon lesquelles la conductivité thermique du produit est certifiée ou non. Pour une densité plus forte que la limite supérieure de la fourchette, le produit entre en phase de plus forte conduction et le λ n’est plus assuré, car il devient plus important. Il est également primordial de comprendre que la densité de pose dépend de l’aspect pratique, donc de l’équipement, de son réglage et de la technique utilisée.

Ainsi, selon votre matériel et votre technique, certaines densités théoriques vous serons parfois difficiles à atteindre si vous devez respecter masse et épaisseur de pose. C’est ce que contrôle la fiche de chantier obligatoire contresignée par le client.

ISOCELL possède des plages de densité parmi les plus larges pour certifier ses conductivités thermiques et vous permettre ainsi d’être toujours couverts par la certification.

4. La chaleur spécifique

Elle représente la quantité de chaleur (Joules) nécessaire pour chauffer 1 kg de matériau sur 1°Kelvin de plus. Ainsi plus la chaleur spécifique d’un matériau est grande, plus il absorbera cette chaleur avant de la transmettre. C’est le principe d’inertie. Cette valeur ne dépend que de la nature du matériau. Ainsi des fibres minérales auront par exemple moins de la moitié (1030 J/Kg.K) de chaleur spécifique que des fibres de cellulose.

La ouate de cellulose ISOCELL comme les fibres de bois possède une chaleur spécifique de 2100 J/Kg.K

5. La résistance à l’écoulement d’air

Cette donnée est très rarement utilisée dans les avantages des matériaux d’isolation. Elle joue pourtant un rôle important à différents niveaux. C’est une valeur calculée uniquement dans le cadre des Agréments Techniques Européens. Ni les Avis Techniques du CSTB, ni la certification ACERMI ne la prennent en compte et pourtant elle apporte une donnée essentielle dans la qualité du matériau qui se vérifie dans le cadre de la résistance au flux rotatif, à la récupération des défauts d’étanchéité à l’air et la réaction au feu.

ISOCELL est le seul fabricant de ouate de cellulose à afficher 2 valeurs non surpassées pour les applications de soufflage en 30 Kg/m3 (>5,3 kPa.s/m2) et d’insufflation en 50 Kg/m3 (>25,1 kPa.s/m2).

6. L’Euroclasse

Bien que les isolants n’entrent pas dans la structure même des bâtiments et ne sont ainsi pas soumis à des règles strictes, même dans le cadre des ERP, c’est une donnée importante qui répond de l’existence des adjuvants, de leur dosage et de leur efficacité. Toutes les ouates de cellulose présentent un cocktail d’adjuvant destiné uniquement à renforcer leur qualité de retardant ignifuge. De ce fait, un produit affichant dans ses Avis Techniques une Euroclasse F, de non détermination de la réaction au feu, s’apparente ainsi au fait de ne posséder aucun traitement ignifuge. Dans la mesure où le nouveau règlement produits de construction oblige au marquage CE, la classification M devient obsolète et seule l’Euroclasse est aujourd’hui valable.

ISOCELL possède la meilleure classification possible sur les ouates de cellulose : B-S2,d0 (e>100mm) Valeur établie dans l’ATE et donc reprise dans les DTA du CSTB.

7. La classification aux émissions de COV

Cette classification et son marquage, sont obligatoires pour tous les produits de constructions depuis le 1er septembre 2013, sous peine de sanctions pour l’ensemble des acteurs de la distribution. Bien qu’elle ne puisse être discriminante sur l’utilisation même des produits, elle garantit au client un niveau de qualité suivant lequel un produit sera plus ou moins susceptible d’émettre des particules ou substances dans l’air respirable.

ISOCELL possède la classification A+ qui est le meilleur classement possible.

B. Les avantages procurés

1. La résistance thermique

La résistance thermique d’un matériau est exprimée en m2.K/W sous la dénomination R suivant : Ainsi selon un λ donné, la résistance thermique augmentera en fonction de l’épaisseur nominale. En revanche, pour une même épaisseur nominale, seul un meilleur λ sera susceptible de procurer une plus grande résistance thermique. Si dans le cadre d’un soufflage ouvert de plancher de combles perdus, l’épaisseur importe peu, elle est par contre souvent limitée dans le cadre des insufflations ou projections. Dans ce cas, seul un meilleur λ sera susceptible d’obtenir et de surpassé la résistance thermique recherchée.

2. Le déphasage ou confort d’été

a. Exigence de la RT 2012

Cette notion a été mise en avant récemment aux yeux du grand public dans les nouvelles exigences de la RT 2012 pour les constructions neuves au travers de la Température Intérieure Conventionnelle (Tic max). Les bâtiments devant ainsi respecter un plafond de température moyenne intérieure (Tic réf) à ne pas dépasser après une période de 5 jours consécutifs de forte chaleur estivale. Calculée selon une méthode complexe (Th-BCE 2012) en fonction des zones climatiques et des expositions, cette température ne devra donc pas dépasser une « Tic réf » souvent calculée aux alentours de 26°C.

Plus qu’une simple exigence, il s’agit en fait d’un réel confort qui limitera d’autant plus la consommation d’énergie. Les bâtiments classés CE1, pourront même se passer totalement de climatisation pour remplir cette exigence. Votre isolant devra alors apporter en plus d’une résistance aux déperditions de chaleur en hiver, une réelle capacité à retenir la chaleur en été loin de votre espace de vie.

C’est ce que l’on appelle le déphasage thermique qui s’exprime en heures. En retenant la chaleur de la mi-journée le plus longtemps possible, celle-ci s’évacuera vers l’extérieur à la nuit tombée. Voici les différences de déphasage en fonction de certains matériaux isolants : R (m2.K/W) = Epaisseur (m) λ (W⁄m.K)

b. Fonctionnement

Cette notion, plus souvent résumée sous le terme de déphasage thermique, s’exprime ainsi :

Où : T = période de 24 h, soit 1 jour ρ = la densité c = chaleur spécifique Elle est donc la résultante de :

 la chaleur spécifique du matériau (constante = 2,1 kJ/kg.K),

 sa densité de mise en œuvre (variable)

 de son épaisseur (variable).

Cette dernière étant souvent contrainte par des espaces restreints, la densité reste donc le meilleur moyen d’augmenter le déphasage. Toutefois, au-delà d’une certaine densité propre à la qualité du matériau et de ses fibres, c’est la résistance thermique qui perd de sa valeur. Par conséquent, il est primordial de conserver la même conductivité thermique sur une plage de densité la plus large possible afin de permettre d’augmenter le déphasage sans perdre la résistance thermique d’une épaisseur donnée.

ISOCELL possède pour ses conductivités thermiques certifiées suivant les procédés de mise en œuvre, des plages de densité de pose parmi les plus larges du marché. Ainsi vous bénéficierez d’un potentiel de déphasage supplémentaire là où d’autres s’arrêtent !

3. Le flux rotatif d’un caisson d’isolation

L’isolation thermique se résume à une lame d’air totalement emprisonnée par un espace étanche ou par un maillage de fibre assurant cette fonction.

Cette lame d’air supposée inerte est en fait mue par un moteur thermique naturel généré entre les parois chaudes (intérieures) et froides (extérieures) du caisson. Au contact de la paroi chaude, l’air entre dans une phase ascendante, stagne en face supérieure et rejoint par attirance la paroi froide qui l’entraine en phase descendante. Le moteur thermique est ainsi créé et prend de l’ampleur à mesure de l’écart de température entre intérieur et extérieur.

Il s’en suit donc une perte de la résistance thermique de l’ensemble. Afin de limiter cet effet, il est nécessaire d’agir sur le déphasage thermique, mais principalement sur la résistance à l’écoulement d’air. Cette donnée est généralement oubliée et fait l’objet uniquement des ATE.

Grâce à son déphasage thermique et sa résistance à l’écoulement d’air ≥ 25,1 kPa.s/m2 pour une insufflation à 50 kg/m3, ISOCELL permet ainsi de réduire cet effet dans les caissons d’insufflation de mur de façon bien plus significative que ses concurrents.

4. Le paradoxe de la réaction au feu d’un combustible

A l’inverse des idées reçues, un matériau biosourcé comme la ouate de cellulose ISOCELL et donc combustible, agit de façon bien plus efficace que la plupart des matériaux d’origine minérale réputés incombustibles, pour freiner la propagation d’un incendie déclaré. En effet, son déphasage thermique et sa résistance à l’écoulement d’air associés au traitement ignifuge, permettent de contenir l’énergie d’activation (chaleur) et de limiter l’apport en comburant (oxygène de l’air) aux abords du foyer. Cela permet de gagner un temps précieux pour les secours et de repousser l’instant d’embrasement généralisé éclair ou flashover, tant redouté par les pompiers.

ISOCELL vous propose pour cela un document complet illustrant la réaction au feu et possède une valeur de test contrôlée (système 1), jamais surpassée, de classe « B-S2,d0 ».

En Conclusion

L’ensemble de ces caractéristiques et des avantages qu’elles procurent, vous garantissent le fait de mettre en œuvre l’un des meilleurs matériaux d’isolation. ISOCELL s’engage ainsi aux côtés de ses partenaires dans un objectif de qualité et d’efficacité.