Qu’est-ce que la résistance thermique ?

13 avril 2024, par Eloise

Catégorie : Glossaire

La résistance thermique est une propriété importante des matériaux qui mesure leur capacité à résister au passage de la chaleur. Elle est souvent utilisée pour évaluer l’efficacité d’un matériau isolant.

La résistance thermique, symbolisée par le symbole « R » et mesurée en mètres carrés par Watt (m²·K/W), est définie comme la différence de température entre les deux côtés d’un matériau divisée par le flux de chaleur. En d’autres termes, elle mesure la difficulté qu’a la chaleur à traverser un matériau.

Plus la valeur de la résistance thermique est élevée, plus le matériau est isolant. Cela signifie qu’il est capable de conserver la chaleur à l’intérieur d’un espace et de maintenir une température confortable, même lorsque la température extérieure est très différente.

La résistance thermique d’un matériau dépend de sa conductivité thermique et de son épaisseur. La conductivité thermique, symbolisée par le symbole « λ » et mesurée en Watts par mètre-Kelvin (W/m·K), représente la quantité de chaleur qui traverse un matériau d’un mètre d’épaisseur, pour une différence de température d’un Kelvin.

Pour calculer la résistance thermique, on divise l’épaisseur du matériau par sa conductivité thermique. Par exemple, si un matériau a une épaisseur de 0,1 mètre (ou 100 millimètres) et une conductivité thermique de 0,1 W/m·K, sa résistance thermique serait de 1 m²·K/W.

Il est important de noter que la résistance thermique est additive lorsque plusieurs couches de matériaux sont utilisées. Par exemple, si une paroi est constituée de trois couches de matériaux avec des résistances thermiques respectives de 1 m²·K/W, 2 m²·K/W et 3 m²·K/W, la résistance thermique totale de la paroi serait de 6 m²·K/W.

La résistance thermique est un concept crucial dans le domaine de l’isolation thermique des bâtiments. En utilisant des matériaux avec une résistance thermique élevée, on peut réduire les pertes de chaleur dues à la conduction thermique à travers les murs, les planchers et les plafonds. Cela permet de réaliser des économies d’énergie et de maintenir une température intérieure stable, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

Les matériaux couramment utilisés comme isolants thermiques sont la laine de verre, la laine de roche, la cellulose, le polystyrène expansé (PSE), le polyuréthane (PUR) et le polystyrène extrudé (XPS). Chacun de ces matériaux a une résistance thermique spécifique et est adapté à des applications spécifiques, en fonction des exigences d’isolation thermique.

Il convient également de noter que la résistance thermique d’un matériau peut être augmentée en ajoutant une couche d’air immobile. L’air est en effet un mauvais conducteur de chaleur, ce qui en fait un isolant naturel. C’est pourquoi de nombreux matériaux isolants sont conçus de manière à piéger de l’air à l’intérieur de leur structure, augmentant ainsi leur résistance thermique.

En conclusion, la résistance thermique est une mesure de la capacité d’un matériau à résister au passage de la chaleur. Elle est calculée en utilisant la conductivité thermique et l’épaisseur du matériau. Une résistance thermique élevée indique une meilleure capacité d’isolation thermique, ce qui est essentiel pour garantir des bâtiments économes en énergie et confortables.