Choisir un isolant en fonction de sa résistance thermique

30 novembre 2022, par Eloise

Catégorie : Les dossiers

Comme il est pratiquement impossible pour les fabricants de matériaux d’isolation d’améliorer la perméabilité capacité calorifique  des produits qu’ils proposent sur le marché, ces professionnels misent plutôt sur la résistance thermique des isolants.

Quels isolants pour les toitures ?

Pour isoler les combles, les spécialistes du marché ont tendance à privilégier la laine minérale. Avec un lambda de 0,035 W/m.K, ce produit assure un rendement thermique élevé aux habitations. Les industriels ont trouvé un moyen de porter la résistance calorique de cette matière à 10 m².K/W. Il suffit alors d’une couche de 40 centimètres d’épaisseur pour isoler les combles. La laine de verre et les fibres de bois restent également des produits d’isolation très intéressants pour les greniers.

Les granulats PSE figurent parmi les isolants les plus performants pour les combles avec une résistance thermique évaluée à 9 m².K/W. Cette matière fabriquée à base de polyester expansé offre une perméabilité calorique comprise entre 0,033 W/m.K et 0,035 W/m.K. La pose de cet isolant ne nécessite ni découpe ni joint. Ce qui améliore son rendement énergétique.

La ouate de cellulose s’impose comme le matériau le plus efficace pour l’isolation des toitures. Les fabricants de matériaux d’isolation ont mis au point depuis le mois de septembre dernier des isolants cellulosiques plus performants. Ce produit présente l’avantage d’être facile à appliquer. Livrée en vrac, la ouate de cellulose peut s’incruster dans les recoins les plus difficilement accessibles des (toits) combles perdus d’une maison.

Et pour les parois ?

Isoler les murs d’une maison de l’extérieur permet également de réduire les pertes caloriques dans les pièces d’habitation. Pour ce chantier, les professionnels recommandent la mousse phénolique. Ce matériau offre un lambda situé entre 0,022 W/m.K et 0,023 W/m.K. Dans certains cas, il suffit de 20 centimètres de panneaux d’isolant pour obtenir un bon rendement énergétique dans le logement alors qu’il faudrait deux fois plus d’épaisseur s’il l’on choisit la laine de roche.

Pour les murs à ossature bois, les professionnels conseillent l’utilisation de granulats PSE. Cette matière est à insuffler entre la structure et les parois. Le constructeur peut également opter pour la laine de verre. En ce qui concerne l’épaisseur du matériau d’isolation, celle-ci dépend de l’exposition de la paroi et la situation géographique de la maison. Il faut rappeler que la résistance calorique de l’isolant est proportionnelle à l’épaisseur du produit.

Pour terminer, il n’est pas superflu d’insister sur la nécessité de limiter les ponts thermiques au niveau des parois. La combinaison d’une isolation par l’extérieur et par l’intérieur permet de réduire considérablement les déperditions caloriques dans ces parties souvent mal isolées des logements.