Le label Bâtiment Biosourcé : la certification pour des constructions respectueuses de l’environnement

13 avril 2024, par Thierry Lailavoix

Catégorie : Une petite Pause

Matériaux et bricolageJardin et extérieurIntérieur et décoration

Depuis plusieurs années, la prise de conscience de l’urgence climatique et de l’épuisement des ressources naturelles pousse de nombreux acteurs du secteur du bâtiment à repenser leurs pratiques pour des constructions plus durables et respectueuses de l’environnement. C’est dans ce contexte qu’a été créé le label Bâtiment Biosourcé, qui vise à certifier les bâtiments construits majoritairement à partir de matériaux biosourcés. Mais en quoi consiste-t-il réellement ? Et quelles sont les conditions pour obtenir cette certification ?

Le label Bâtiment Biosourcé a été mis en place en 2013 par les ministères en charge de l’Environnement et de la Construction en France. Il vise à encourager les professionnels du bâtiment à utiliser des matériaux biosourcés dans leurs constructions, c’est-à-dire des matériaux issus de matières premières renouvelables d’origine agricole ou forestière. Il s’agit donc d’un label qui valorise les constructions responsables sur le plan écologique.

Pour obtenir le label Bâtiment Biosourcé, les bâtiments doivent répondre à plusieurs critères définis par la réglementation en vigueur. Tout d’abord, ils doivent comporter au moins 50% de matériaux biosourcés dans leur structure, leur enveloppe et leurs aménagements intérieurs. Ces matériaux peuvent notamment être du bois, de la paille, du chanvre, de la ouate de cellulose, etc.

Ensuite, les bâtiments doivent respecter des exigences en termes de performance énergétique et de confort des occupants. Ils doivent également être conçus de manière à réduire leur impact environnemental, notamment en limitant leur empreinte carbone. Ainsi, le label Bâtiment Biosourcé s’inscrit dans une démarche globale de construction durable et respectueuse de l’environnement.

Le label Bâtiment Biosourcé présente de nombreux avantages, tant pour les professionnels du bâtiment que pour les futurs occupants des constructions certifiées.

Tout d’abord, pour les professionnels du bâtiment, le label Bâtiment Biosourcé constitue un véritable argument commercial. En effet, il permet de mettre en avant les compétences et le savoir-faire des entreprises qui s’engagent dans la construction de bâtiments respectueux de l’environnement. Il donne également de la visibilité aux acteurs du secteur, en les positionnant comme des pionniers dans le domaine de la construction durable.

Ensuite, pour les futurs occupants des bâtiments certifiés, le label Bâtiment Biosourcé garantit un certain niveau de qualité en termes de confort et de performance énergétique. En effet, les matériaux biosourcés utilisés dans la construction favorisent une meilleure isolation thermique et acoustique, ce qui se traduit par une réduction des dépenses énergétiques et un meilleur confort de vie.

Enfin, le label Bâtiment Biosourcé contribue à la préservation de l’environnement en favorisant l’utilisation de matériaux renouvelables et en limitant l’émission de gaz à effet de serre. Il participe ainsi à la lutte contre le changement climatique et à la préservation des ressources naturelles.

Pour obtenir le label Bâtiment Biosourcé, les professionnels du bâtiment doivent respecter plusieurs conditions, à la fois en termes de conception et de mise en œuvre des constructions.

Tout d’abord, ils doivent choisir des matériaux biosourcés répondant aux exigences de la réglementation. Ces matériaux doivent être issus de filières respectueuses de l’environnement, garantissant une traçabilité et une qualité irréprochables. Ils doivent également présenter des performances techniques adaptées aux besoins de la construction, notamment en termes d’isolation thermique et acoustique.

Ensuite, les professionnels doivent veiller à utiliser les matériaux biosourcés de manière pertinente dans la construction. Cela implique de les intégrer dès les premières phases de conception, en choisissant les bons matériaux en fonction des usages et des contraintes du bâtiment. Il est également essentiel de s’assurer que les systèmes constructifs et les techniques utilisées sont adaptés aux matériaux biosourcés, pour garantir leur durabilité et leur performance dans le temps.

Enfin, les constructeurs doivent prouver la conformité des bâtiments aux exigences du label Bâtiment Biosourcé. Pour cela, ils doivent réaliser des mesures et des contrôles tout au long du processus de construction, afin de s’assurer que les matériaux biosourcés sont bien utilisés dans les bonnes proportions. Ils doivent également fournir tous les documents nécessaires à la certification, tels que les fiches techniques des matériaux utilisés, les plans d’exécution, etc.

Ainsi, obtenir le label Bâtiment Biosourcé nécessite une réelle démarche de qualité et de traçabilité de la part des professionnels du bâtiment. Cependant, il constitue un véritable gage de sérieux et de compétence dans la construction de bâtiments respectueux de l’environnement.

Le label Bâtiment Biosourcé : une certification pour des constructions respectueuses de l’environnement

Depuis plusieurs années, la prise de conscience de l’urgence climatique et de l’épuisement des ressources naturelles pousse de nombreux acteurs du secteur du bâtiment à repenser leurs pratiques pour des constructions plus durables et respectueuses de l’environnement. C’est dans ce contexte qu’a été créé le label Bâtiment Biosourcé, qui vise à certifier les bâtiments construits majoritairement à partir de matériaux biosourcés. Mais en quoi consiste-t-il réellement ? Et quelles sont les conditions pour obtenir cette certification ?

Qu’est-ce que le label Bâtiment Biosourcé ?

Le label Bâtiment Biosourcé a été mis en place en 2013 par les ministères en charge de l’Environnement et de la Construction en France. Il vise à encourager les professionnels du bâtiment à utiliser des matériaux biosourcés dans leurs constructions, c’est-à-dire des matériaux issus de matières premières renouvelables d’origine agricole ou forestière. Il s’agit donc d’un label qui valorise les constructions responsables sur le plan écologique.

Pour obtenir le label Bâtiment Biosourcé, les bâtiments doivent répondre à plusieurs critères définis par la réglementation en vigueur. Tout d’abord, ils doivent comporter au moins 50% de matériaux biosourcés dans leur structure, leur enveloppe et leurs aménagements intérieurs. Ces matériaux peuvent notamment être du bois, de la paille, du chanvre, de la ouate de cellulose, etc.

Ensuite, les bâtiments doivent respecter des exigences en termes de performance énergétique et de confort des occupants. Ils doivent également être conçus de manière à réduire leur impact environnemental, notamment en limitant leur empreinte carbone. Ainsi, le label Bâtiment Biosourcé s’inscrit dans une démarche globale de construction durable et respectueuse de l’environnement.

Les avantages du label Bâtiment Biosourcé

Le label Bâtiment Biosourcé présente de nombreux avantages, tant pour les professionnels du bâtiment que pour les futurs occupants des constructions certifiées.

Tout d’abord, pour les professionnels du bâtiment, le label Bâtiment Biosourcé constitue un véritable argument commercial. En effet, il permet de mettre en avant les compétences et le savoir-faire des entreprises qui s’engagent dans la construction de bâtiments respectueux de l’environnement. Il donne également de la visibilité aux acteurs du secteur, en les positionnant comme des pionniers dans le domaine de la construction durable.

Ensuite, pour les futurs occupants des bâtiments certifiés, le label Bâtiment Biosourcé garantit un certain niveau de qualité en termes de confort et de performance énergétique. En effet, les matériaux biosourcés utilisés dans la construction favorisent une meilleure isolation thermique et acoustique, ce qui se traduit par une réduction des dépenses énergétiques et un meilleur confort de vie.

Enfin, le label Bâtiment Biosourcé contribue à la préservation de l’environnement en favorisant l’utilisation de matériaux renouvelables et en limitant l’émission de gaz à effet de serre. Il participe ainsi à la lutte contre le changement climatique et à la préservation des ressources naturelles.

Les conditions pour obtenir le label Bâtiment Biosourcé

Pour obtenir le label Bâtiment Biosourcé, les professionnels du bâtiment doivent respecter plusieurs conditions, à la fois en termes de conception et de mise en œuvre des constructions.

Tout d’abord, ils doivent choisir des matériaux biosourcés répondant aux exigences de la réglementation. Ces matériaux doivent être issus de filières respectueuses de l’environnement, garantissant une traçabilité et une qualité irréprochables. Ils doivent également présenter des performances techniques adaptées aux besoins de la construction, notamment en termes d’isolation thermique et acoustique.

Ensuite, les professionnels doivent veiller à utiliser les matériaux biosourcés de manière pertinente dans la construction. Cela implique de les intégrer dès les premières phases de conception, en choisissant les bons matériaux en fonction des usages et des contraintes du bâtiment. Il est également essentiel de s’assurer que les systèmes constructifs et les techniques utilisées sont adaptés aux matériaux biosourcés, pour garantir leur durabilité et leur performance dans le temps.

Enfin, les constructeurs doivent prouver la conformité des bâtiments aux exigences du label Bâtiment Biosourcé. Pour cela, ils doivent réaliser des mesures et des contrôles tout au long du processus de construction, afin de s’assurer que les matériaux biosourcés sont bien utilisés dans les bonnes proportions. Ils doivent également fournir tous les documents nécessaires à la certification, tels que les fiches techniques des matériaux utilisés, les plans d’exécution, etc.

Ainsi, obtenir le label Bâtiment Biosourcé nécessite une réelle démarche de qualité et de traçabilité de la part des professionnels du bâtiment. Cependant, il constitue un véritable gage de sérieux et de compétence dans la construction de bâtiments respectueux de l’environnement.