[MIE] Ce qu’il faut savoir avant de rénover thermiquement son habitation

28 novembre 2022, par Eloise

Catégorie : Les fiches pratiques

Avant de se lancer dans la rénovation thermique d’une habitation, il est nécessaire de passer par plusieurs étapes afin de garantir l’amélioration effective de sa performance énergétique.

Connaître la situation énergétique

Le premier point à étudier avant la mise en oeuvre d’une rénovation thermique est la situation énergétique du logement. Le DPE est une procédure obligatoire lors de la vente, de la location ainsi qu’à la livraison d’une construction neuve. Il se révèle également indispensable pour mieux connaître son habitation, notamment sa capacité à consommer de l’énergie ainsi que ses émissions de gaz à effet de serre. Si le DPE est réalisé en vue de procéder à une rénovation thermique, il bénéficie d’une réduction d’impôt de 32 %. En termes de performance énergétique, la moyenne actuelle du parc immobilier français avoisine les 240 kWh/m² par an, classé E.

La règlementation thermique

Prendre connaissance de la réglementation thermique en vigueur sur le territoire français est nécessaire avant la mise en oeuvre de travaux de rénovation énergétique. En effet, la RT fixe les exigences minimales sur les équipements et produits mis en oeuvre dans le logement au moment de la rénovation pour toute intervention touchant l’isolation, la climatisation, le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire, la ventilation, de même que l’éclairage. Le dispositif réglementaire mis en vigueur depuis 2007 impose une performance énergétique minimale pour le matériel. Les textes annoncent par exemple pour l’isolation, une résistance thermique minimale de 2 m.K/W pour un mur ou un plancher donnant sur un local non chauffé. La RT exige également la réalisation d’un DPE lors de la mutation d’une habitation.
Incitations financières octroyées

Pour soutenir davantage les particuliers dans leurs démarches de rénovation énergétique, le gouvernement a mis en place diverses incitations financières, comme le crédit d’impôt sur le diagnostic de performance énergétique. L’Agence nationale de l’Habitat ou Anah attribue également des subventions pour l’amélioration du confort dans le logement privé. Sur certains bouquets de travaux, un écoprêt à taux zéro pouvant atteindre les 30 000 € est accordé de même qu’un crédit d’impôt développement durable permettant de réduire de 10 % à 40 % les impôts sur les dépenses en équipements de rénovation énergétique. Concernant ces deux aides financières, le gouvernement a pris une mesure qui sera effective à compter du 1er juillet 2014. Ces incitations financières ne seront octroyées qu’aux particuliers faisant appel à des professionnels labellisés RGE pour la mise en oeuvre de leurs travaux de rénovation thermique.