[MIE] l’origine de la ouate de cellulose

28 novembre 2022, par Eloise

Catégorie : Espace pro

La ouate est un terme commun qui évoque la douceur, la chaleur et le soyeux. Quand à la cellulose proprement dite, c’est un polymère constitué d’hydrogène et d’oxygène et de carbone. Les cellules des végétaux synthétisent la cellulose à partir du glucose issu de la photosynthèse. C’est le principal constituant du bois.

La cellulose à l ‘état naturel est la matière organique qui représente plus de 50 % de la biomasse de la planète. La quantité synthétisée par les végétaux est estimée à des dizaines voir des centaines de  milliards de tonnes chaque année. C’est la matière première renouvelable par excellence.

La cellulose est utilisée dans la fabrication de fibres textiles artificielles. La chimie verte donne un nouvel élan à ce polymère renouvelable, naturel, biodégradable grâce à la fabrication  du papier.
L’invention de l’ancêtre du papier vient des Chinois, il y a trois siècles, qui  utilisaient de l’écorce de mûrier et de bambou, mais surtout des vieux filets de pèche, du coton et des chiffons. Ils utilisaient toutes les sources naturelles locales de cellulose disponibles.

Au milieu du premier millénaire le procédé est ramené d’Orient par des explorateurs. Le coton et les chiffons étaient la matière première usité dans la fabrication du papier jusqu’au 18 ième siècle, puis il fallu trouver des sources de papier plus abondantes et moins coûteuses : c’est à dire le bois en remplacement des chiffons et textiles.

L’idée est venue de l’observation  de la nature, en particulier de certaines  guêpes dites «guêpes cartonnières» qui entourent leur nid de fibres de bois arrachée mécaniquement et mélangée avec une substance secrétée par la guêpe qui colle les fibres entre elles, ayant finalement l’aspect du papier et du carton, pour fabriquer leur nid.

Il était donc possible de fabriquer du papier uniquement à partir de fibres de bois et de se passer définitivement des textiles. En 1800, les premiers livres sont  imprimés sur du papier fabriqué à partir de = »color: rgb(0, 0, 0); »>fibres de bois. L’histoire attribue l’invention de la première pâte de bois à un tisserand  de Saxe, un certain Keller, qui fabrique de la pâte mécanique à l’aide d’un défibreur manuel. Un brevet est déposé 40 ans plus tard.

Le bois est utilisé de nos jours dans 80 % des besoins en fibres cellulosiques.
On utilise des bois de résineux qui possèdent des fibres longues plutôt que des feuillus . Les fibres longues apportent une grande résistance mécanique au papier. On défini aujourd’hui le papier comme un enchevêtrement de fibres d’origine végétale disposées en plaques fines et régulières.

La fabrication de la ouate de cellulose est donc totalement issue de fibres végétales recyclées et chacun sait que désormais lorsque l’on coupe un arbre, on en replante un autre qui pousse à son tour.

Le cercle vertueux du recyclage se perpétue avec l’isolant en ouate de cellulose, lui même recyclable.