[MIE] Conseils pour isoler une maison en bois

6 octobre 2022, par Eloise

Catégorie : Les fiches pratiques

La maison ossature bois éveille un désir de construction alors que c’est le mode de construction archaïque pour certaines personnes. Cependant, sa structure porteuse présente de nombreux avantages, particulièrement ses isolations. Ceci revient à poser la question sur le type d’isolant à choisir et les façons pour assurer la pérennité et la durabilité d’un bâtiment.

Les matériaux pour isoler une maison ossature bois

La majorité des constructeurs sont convaincus que le bois offre des atouts bénéfiques lorsqu’il constitue le corps même du bâtiment, étant donné que c’est un élément disponible et renouvelable, résistant au feu et se consument lentement tout en présentant une bonne résistance mécanique. Le bois est aussi une bonne isolation phonique et thermique (conserve la chaleur et la fraîcheur).
Pour qu’une maison en bois devienne une maison passive, c’est-à-dire une maison a faible consommation énergétique ne demandant que 15 kWh/m² en besoin de chauffage tout en produisant plus d’énergie qu’il en consomme, il est recommandé d’utiliser des isolants à haute performance thermique et acoustique.
L’idéal est d’avoir une épaisseur de mur sensiblement égal à une maison traditionnelle, pour que les isolants soient calés entre montants sections 120 et 150 mm qui vous permettra de placer au final jusqu’à 20 ou 25 cm d’isolant contre 8 à 16 dans une maison classique.
En effet, un matériau offrant une bonne performance thermique maximale est important, c’est-à-dire les matériaux à résistance thermique R la plus forte pour assurer le confort d’été et le confort d’hiver. Ce matériau contribue aussi à faire des économies de chauffage.

Les mesures à prendre pour la durabilité de l’isolation

L’installation de l’isolant doit suivre les prescriptions de pose du DTU 31.2 relatives aux constructions de maison et bâtiment à ossature en bois. Mais avant tous, l’ACERMI doit valider la caractéristique de performance de l’isolant c’est-à-dire de sa résistance thermique R et de sa capacité pour être utilisé dans le bâtiment. Ces procédures administrative garantie autant les performances que les caractéristiques techniques du produit et afin que vous puissiez comprendre si votre isolant bénéficie d’une certification.
Avec le bois, il n’y a pas de risque de condensation et d’humidité, sauf qu’il n doit en aucun cas stocker d’humidité sinon il y aura un risque de détérioration par pourrissement. Ce phénomène est souvent inévitable, car il ya aura toujours des échanges de vapeur d’eau entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment, les constructeurs confondent le comportement à la vapeur d’eau et l’étanchéité de l’air. Pour ce faire, il suffit d’avoir des parois d’isolant étanches à l’air qui est toujours convergent avec une évacuation de la vapeur d’eau qui se fait avec une VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) et avec des systèmes d’isolation intégrant des membranes et des écrans perméables à la vapeur d’eau pour éviter les pourrissements des bois (de charpentes en particulier…) tout en restant étanches à l’air.