[MIE] Les techniques de fabrication d’un mur à ossature bois

28 novembre 2022, par Eloise

Catégorie : Les fiches pratiques

Aujourd’hui, de nombreux professionnels, voire des particuliers sont séduits par les maisons en ossature bois. Il s’agit de constructions dont les murs ont pour structure une ossature en bois et des panneaux de contreventement.

Les principes de la construction du mur à ossature bois

Afin de construire correctement un bâtiment ou une maison à ossature bois, il est essentiel de respecter certains principes. À titre de rappel, une telle construction nécessite une ossature murale constituée d’un assemblement de supports verticaux et d’éléments horizontaux, et des contreventements. Les supports verticaux sont constitués principalement de poteaux et des montants, tandis que les supports horizontaux regroupent les lisses et les sablières. Une fois structurée, l’ossature murale accueillera par la suite les contreventements, c’est-à-dire des panneaux dérivés du bois qui assurent l’étanchéité du bâtiment à l’air, à l’eau et à la vapeur.

Aujourd’hui, les professionnels dans la construction de maisons en bois suivant la technique de l’ossature bois proposent la construction sur le site même, des panneaux préfabriqués et une exécution par modules tridimensionnels. Comme toute construction, la maison en bois nécessite une bonne isolation afin d’améliorer sa performance énergétique. Ils seront placés entre les montants d’ossature des murs extérieurs. Pour les constructions en bois, les isolants les plus utilisés sont les panneaux en fibre de bois, les laines végétales, les laines minérales, les flocons de cellulose ainsi que les plaques de polyuréthanne extrudé ou de polystyrène expansé.

Les matériaux utilisés

Aujourd’hui, la majorité des constructions en ossature bois sont fabriqués avec des bois résineux comme le sapin, le pin, le douglas ou l’épicéa, car ces types de bois sont connus pour être particulièrement légers, économiques, et résistants, malgré leur faible épaisseur. De plus, ils disposent d’une faible teneur en humidité d’environ 15%. À noter que le taux d’humidité maximal du bois utilisé pour ce type de construction est de 18%.
Pour que les contreventements posés sur une construction en ossature bois assurent parfaitement l’étanchéité du bâtiment à la vapeur, il est indispensable d’équiper leurs parois d’un pare-vapeur. Il s’agit de films d’aluminium collés sur des plaques de plâtre ou de films plastiques tels que le polypropylène ou le polyéthylène dont l’épaisseur est dépasse 200 microns. Placé en intérieur, le pare-vapeur empêche les migrations de vapeur d’eau de l’intérieur de la maison vers l’ossature.

Enfin, avant de procéder à la structuration et à la mise sur pied du bâtiment, le constructeur doit s’assurer que le bois utilisé ait subi les traitements adéquats. Outre les traitements fongicides et insecticides, il doit également correspondre à la classe emploi 2.