Traitement de la rouille et du vert de gris

7 décembre 2022, par Eloise

Catégorie : Les fiches pratiques

Les facteurs de corrosion des métaux : Malgré leur solidité, les métaux ne sont pas éternels. Ils sont soumis à différentes sortes d’agressions dont celles perpétrées par leur environnement ambiant. Ce phénomène d’altération des métaux est connu sous le nom de corrosion.

Les meilleurs produits de traitement anti-corrosion-rouille et le meilleur rapport qualité-facilité d’application-prix sont ici

Définition

Issu du latin « corrodère » qui signifie « attaquer » ou « ronger », le mot corrosion se définit comme la dégradation ou l’altération des propriétés du métal due à l’action de son milieu ambiant. En d’autres termes, la corrosion est une réaction d’oxydo-réduction non réversible entre un métal et un oxydant. Un métal corrodé retourne à son état primitif, autrement dit à l’état d’oxyde, de carbonate ou autres. La corrosion peut ainsi finir par détruire complètement le métal et le dissoudre. L’acier n’est pas le seul type de métaux sujets à la corrosion. L’aluminium, le zinc, l’argent, le cuivre, voire l’or peuvent également être touchés par ce processus. Les exemples les plus connus de la corrosion métallique sont la rouille du fer et le vert-de-gris du cuivre.

Les différents facteurs de corrosion des métaux

La corrosion est un phénomène naturel qui peut toucher n’importe quel type de métal. Elle est due à l’interaction du métal avec son milieu ou son environnement. Celui-ci contient une grande variété d’agents corrosifs susceptibles de s’attaquer au métal. L’on cite entre autres :

La corrosion chimique ou sèche :

La corrosion est dite sèche lorsqu’elle se produit dans l’air. Ce type de corrosion est dû à la présence d’un gaz réactif dans l’air tel que l’O2, le SO2 ou le CO. Le réactif se fixe sur la surface du métal et y forme une couche d’oxyde. L’on dit aussi qu’il s’adsorbe. En fonction de la température ambiante et de la propriété du métal, la couche d’oxyde peut être étanche et protectice. La corrosion s’arrête alors comme c’est le cas de l’alumine sur l’aluminium. Elle peut aussi être poreuse comme la rouille du fer. Le gaz réactif pénètre plus profondément dans le métal. Le phénomène de corrosion se poursuit jusqu’à destruction complète du métal. Certains métaux sont insensibles à la corrosion sèche comme l’or, le platine ou l’argent.

La corrosion électrochimique ou humide :

La corrosion se produit dans un milieu électriquement conducteur comme l’eau, le sol, etc. On assiste à un véritable électrolyte : la réduction sur une cathode et l’oxydation sur une anode. Le métal sert lui-même d’anode. Il subit l’oxydation. Le métal oxydé ou un autre métal relié électriquement au premier métal subit la réduction. Il se produit alors un effet de pile ou court-circuit qui, à terme, finit par détruire complètement le métal.

La corrosion biologique :

Dans ce type de corrosion, l’altération du métal est due à des micro-organismes comme des champignons, des bactéries ou des algues. Ces derniers détruisent la structure protectrice du métal. Celui-ci devient alors vulnérable aux attaques ou agressions de toutes sortes.

La corrosion physique :

La corrosion d’un métal peut aussi être causée par le vent, le choc, le sable ou un fluide. La corrosion d’une vanne métallique peut provenir entre autres du liquide qui y circule.