[MIE] Les exigences d’une maison passive

28 novembre 2022, par Eloise

Catégorie : Les dossiers

Dépenser moins pour se chauffer, être au frais sans climatisation : c’est aujourd’hui le défi à relever avec l’habitat passif. Pour y parvenir, il faut une bonne conception, une  construction soigneuse et une bonne utilisation de la maison par les habitants.

Des normes strictes et une consommation minimale

Une maison est qualifiée d’habitat passif dès le moment où elle répond à des normes très strictes au niveau de la consommation énergétique au mètre carré qui doit être extrêmement basse. Généralement, la consommation en énergie de ces habitations est compensée en majeure partie par l’énergie solaire, ainsi que par les apports énergétiques fournis par les habitants eux-mêmes et le matériel électrique. Concrètement, une habitation passive ne doit consommer que 1/5 de l’énergie que dépenserait en chauffage une maison neuve normale construite selon les meilleures normes Européenne de 1995 en isolation thermique qui étaient déjà très sévères.

Installer une isolation performante

Une maison passive doit avant tout disposer d’une bonne isolation thermique. Le manque d’isolation est en effet le point névralgique des maisons classiques. L’isolation doit alors agir sur l’entièreté de l’enveloppe extérieure de la maison, sans qu’il n’y ait un seul centimètre carré qui puisse laisser un pont thermique. En Europe, la valeur du coefficient de transfert thermique des isolants thermiques ne doit pas être supérieure à 0,15 W/m²K. L’atteinte du seuil de 0,10 W/m²K est même recommandée actuellement. Dans la mesure où le climat en France est plus doux que dans les pays du Nord, il est alors faisable d’avoir un coefficient de transfert thermique encore inférieur.

Une maison optimisée pour l’économie dès sa conception

Dès sa conception, la maison passive doit répondre à certaines exigences afin de pouvoir exploiter au mieux la chaleur solaire et contenir un système de vitrage isolant. Ce sont en effet ces parties vitrées de la maison qui vont capter l’énergie solaire. Ensuite, cette énergie sera stockée par des matériaux dont l’inertie est forte avant d’être dispersée. Il faut en effet au moins 40 % de vitrage isolant sur la partie sud de la maison, 10 % sur la façade nord et en dessous de 20 % pour l’est et l’ouest pour éviter une surchauffe à l’intérieur de l’habitation. Bien évidemment, la modification de la trajectoire du soleil au fil des différentes saisons sera à prendre en compte, ainsi que les éventuelles ombres apportées par le relief ou la végétation avoisinante. Il faut également penser à des protections solaires constructives pour éviter que pendant l’été la maison soit surchauffée. Persiennes, auvent, pare-soleil peuvent alors être installés.