Les diagnostics immobiliers : Le principe de la thermographie aérienne

6 octobre 2022, par Eloise

Catégorie : Espace pro

Face aux enjeux actuels de la lutte contre les déperditions de chaleur, un nouvel outil de diagnostic vient d’être créé. Il s’agit de la thermographie aérienne ou thermographie aérienne infrarouge. Zoom sur cette technologie innovante qui permet d’évaluer les déperditions de chaleur au niveau des toitures.

Dans quel contexte ?

A l’heure où l’on parle de plus en plus de lutte contre le réchauffement climatique, réduire la consommation énergétique dans l’habitat est l’une des grandes priorités des différents acteurs concernés. En effet, après le transport, le bâtiment à travers les travaux de construction et la consommation d’énergie serait le plus grand émetteur de gaz à effet de serre et le secteur qui gaspille le plus d’énergie. 30% de ces déperditions de chaleur concernent uniquement la toiture. C’est dans ce contexte qu’est née la thermographie aérienne, un outil performant permettant d’estimer la perte de chaleur au niveau de la toiture dans un quartier ou une commune donnée.

Comment cela marche-t-il ?

La thermographie aérienne est une nouvelle technique qui permet de mesurer à l’aide d’une caméra infrarouge embarquée sur un avion les déperditions thermiques au niveau des toits. L’avion survole un périmètre donné à une faible altitude, et ce, pendant la nuit par un temps sec et froid. La caméra est reliée à un ordinateur portable sur lequel est installé un logiciel permettant de visualiser et d’enregistrer les prises de vue de manière instantanée. Les résultats se présentent sous la forme d’une carte thermique affichant les niveaux de déperditions de chaleur pour chaque bâtiment survolé selon un code couleur allant du bleu foncé au rouge.

Les niveaux de déperditions

Sur la carte thermique, les résultats peuvent être interprétés suivant une échelle de couleurs correspondant à 6 niveaux de déperditions. Rouge : Excessive L’on assiste à un niveau de déperditions de chaleur très élevé au niveau de la toiture. Orange : Très forte Le bâtiment est sujet à des anomalies thermiques importantes. Jaune : Forte La maison semble être mal isolée ou trop chauffée. C’est ce qui explique le niveau de déperditions de chaleur assez considérable. Vert : Modérée L’on assiste à un niveau de déperditions de chaleur modéré, en tout cas plus faible que la moyenne. Bleu clair : Faible La maison semble être bien isolée. Le niveau de déperditions est faible. Bleu foncé : Non perceptible ou nulle La toiture est froide apparemment. Soit l’on assiste à une maison très bien isolée, soit celle-ci n’a pas été chauffée lors du survol de l’avion, soit le revêtement de la toiture est en métal. Ce type de revêtement peut fausser les résultats.

Réaliser une thermographie aérienne, dans quel but ?

La thermographie aérienne ne fait certes pas partie des techniques de diagnostic de performance énergétique. Toutefois, elle devance toutes les techniques d’évaluation de la performance énergétique dans la mesure où elle répond à des enjeux très importants. La thermographie aérienne permet entre autres de :

  • prouver enfin la réalité des déperditions de chaleur au niveau de la toiture.
  • sensibiliser la population face à ce gaspillage d’énergie et d’encourager à prendre les mesures adéquates.
  • réduire les consommations énergétiques ainsi que les émissions de gaz à effet de serre.