[MIE] Le comportement hygrométrique du bâti ancien

9 décembre 2022, par Eloise

Catégorie : Les fiches pratiques

Les habitations anciennes sont construites selon des normes différentes de celles appliquées aujourd’hui. La conception contemporaine isole le bâti de l’eau alors que les maisons anciennes en contiennent naturellement.

Les facteurs d’humidité dans un bâti ancien

Contrairement à l’habitation moderne qui s’isole des apports d’eau, le bâti ancien contient de l’eau et maintient un équilibre hygrométrique. Généralement, une construction ancienne ne rencontre pas de problèmes d’humidité tant que l’entretien est bien fait. Ceci n’est cependant pas valable si l’habitation ancienne a hérité d’une mauvaise conception à l’origine. Dans ce cas, elle est continuellement victime de problèmes d’humidité. De même, une bonne conception est vaine si l’entretien de l’habitation n’est pas réalisé avec rigueur. Par ailleurs, il est également possible que des travaux de rénovation bâclés soient à l’origine de l’humidité au sein d’une maison ancienne. Et pourtant, il est de notoriété publique qu’une maison assiégée par l’humidité est très souvent vectrice de pathologies chez les occupants : allergies, problèmes respiratoires et autres affections cutanées.

Les différences majeures entre les habitations anciennes et les contemporaines

Les maisons anciennes ont été construites avec des matériaux traditionnels comme la pierre, le bois ou encore les enduits à la chaux. Ces matériaux ne sont pas entièrement isolants de l’humidité ou la vapeur d’eau, contrairement aux matériaux utilisés pour le bâti contemporain à savoir les murs en béton, les enduits monocouches appliqués sur l’extérieur, etc. Par ailleurs, les maisons anciennes sont souvent munies de ventilations mécaniques contrôlées, mais l’entretien de ces dernières n’est pas toujours assurée, ce qui limite leur efficacité. En pourtant, une mauvaise ventilation favorise l’accumulation de l’humidité et des moisissures. Par ailleurs, les bâtiments anciens ont été construits de manière à lutter naturellement contre les soucis d’humidité : ils sont construits sur un lit de pierres, bénéficient d’une ventilation permanente et naturelle, etc. A contrario, les bâtiments récents sont obligatoirement dotés d’une coupure de capillarité qui agira en tant qu’isolant de l’humidité provenant du terrain de construction.

Une hygrométrie non régulée peut entraîner la condensation dans le bâti

Un excès d’humidité est toujours nocif dans une habitation dans la mesure où elle altère non seulement les matériaux, mais aussi la santé des occupants. Une hygrométrie mal régulée peut en effet aboutir à une condensation lors des changements de température. Cette condensation peut se manifester à l’intérieur des murs, mais aussi en surface au niveau des ruptures capillaires. La condensation dans les murs est difficile à reconnaître et elle peut vraiment être dangereuse si le mur en question contient des matériaux sensibles à l’eau, comme une ossature bois.