La chaudière à micro-génération

7 décembre 2022, par Eloise

Catégorie : Les dossiers

La chaudière à microcogénération se trouve parmi les choix d’appareils destinés au chauffage de bâtiment. Son appellation provient de sa capacité à produire à la fois de la chaleur et de l’électricité. Malgré son prix d’achat plus élevé, elle présente divers avantages permettant d’assurer un retour sur investissement profitable.

Les fondements de la chaudière à microcogénération

Par définition, une micro-génération est traduite par le fait de produire deux types d’énergies distincts au moyen d’un seul appareil. A la différence des grandes centrales utilisant le même principe, la chaudière à microcogénération ne peut délivrer qu’une petite puissance électrique n’excédant pas les 36 kW. A cet effet, ce type de chaudière est principalement destiné aux seuls besoins d’un unique bâtiment. Une chaudière à microcogénération sert ainsi à produire en simultanée de la chaleur et de l’électricité. Même si le principe de cogénération a fait apparaître de nombreuses technologies tels les moteurs à combustion interne, les microturbines à gaz, les piles à combustibles et autres, c’est l’utilisation des moteurs à combustion externe, dont le moteur Stirling, qui a su conquérir une meilleure place au niveau des ménages. La chaudière en question est ainsi composée d’une chaudière alimentée au gaz, au fioul ou au bois, d’un ballon tampon et d’un moteur Stirling. La production de la chaleur et de l’électricité est alors effectuée au sein d’un même appareil. En premier lieu, le moteur Stirling se met en fonctionnement suite à l’alimentation du brûleur principal par les combustibles. Tout en produisant de l’électricité, un échangeur assure la récupération de la chaleur provoquée par le mouvement des pistons. Cette chaleur sera ensuite transmise au ballon tampon qui distribuera de l’eau chaude sanitaire et alimentera le circuit de chauffage.

Chaudière à microcogénération : les raisons pour l’adopter

Les chaudières à microcogénération sont surtout préconisées pour les bâtiments ayant de grands besoins en chauffage. En effet, l’électricité produite par une chaudière étant proportionnelle à la chaleur qu’elle fournit, les dépenses énergétiques s’en trouveront optimisées. De plus, comparé à une chaudière classique, ce type d’appareil permet de réaliser une économie d’énergie d’environ 30 %. Une chaudière à microcogénération est en mesure d’approvisionner de 50 à 90 % des besoins en électricité d’un bâtiment. Plusieurs pertes peuvent ainsi être évitées par la même occasion, pour ne citer que les émissions de gaz à effet de serre et les pertes d’énergie causées par le transport. Enfin, ces chaudières ne nécessitent aucun entretien supplémentaire. Comme les chaudières classiques, elles ont uniquement besoin d’un entretien annuel selon les normes. En dépit d’un prix nettement plus élevé à l’achat, une chaudière à microcogénération assure un taux de rendement bénéficiaire sur seulement cinq années d’utilisation. En optant pour ce type de chaudière, l’on peut avoir droit à plusieurs avantages financiers et aides fiscales comme la réduction de TVA à 5,5 %, le crédit d’impôt pour transition énergétique, l’Eco-Prêt à Taux Zéro, les subventions de l’ANAH et autres prêts dits écologiques.

Producteur d’électricité par l’écogénérateur

En premier lieu, il est indispensable de relier la chaudière microcogénération au réseau électrique. Pour ce faire, l’on doit souscrire un abonnement pour un second compteur électrique et s’acquitter des frais de raccordement par ERDF. Par la suite et après la signature d’un contrat d’obligation d’achat, tout excédent de production d’électricité est revendu automatiquement au réseau par l’intermédiaire d’ERDF.