[MIE] Ecoquartiers : un projet d’aménagement qui motive peu les Français

28 novembre 2022, par Eloise

Catégorie : Les dossiers

Alors que le Ministère du Logement a récemment initié la deuxième vague de labellisation des écoquartiers, une étude du Crédoc montre que ce projet d’aménagement ne motive pas particulièrement les Français. Ces derniers plébisciteraient plutôt les petits logements groupés participatifs.

Les Français montrent peu d’intérêt pour les écoquartiers

Les écoquartiers figurent parmi les projets phares de l’État français en matière de développement durable. Pourtant, une étude portée par le Crédoc sur le sujet révèle un désintérêt des Français sur le sujet. En effet, les Français sont très minoritaires à adhérer à cette nouvelle forme d’urbanisme. Seuls 21 % connaissent le concept d’écoquartier, soit un Français sur cinq. Pour la majorité des personnes sondées, les quartiers durables sont loin d’être attractifs. Environ 31 % seulement sont susceptibles d’envisager de chercher un logement dans un écoquartier s’ils étaient amenés à déménager.

Les Français plébisciteraient par ailleurs, les petits logements groupés participatifs. En effet, les Français semblent plus motivés à l’idée de s’impliquer dans la conception et la gestion de leurs futurs logements. Situé entre la promotion privée et le logement social, l’habitat participatif groupe généralement une dizaine de familles, comme dans le cas de l’Eco-Logis à Strasbourg ou encore l’Eco-hameau à Chevaigné. Dans la mesure où le projet habitat est géré et conçu par plusieurs familles, il s’agit alors d’habitat groupé ou cohabitat.

Le label écoquartier en pratique

Également connu sous le nom de quartier durable, l’écoquartier n’est autre qu’un quartier dit écologique. L’économie d’eau et d’énergie, le recyclage des déchets entre autres y sont privilégiés. Ce type de logement répond aux attentes des habitants aspirant à plus de confort, notamment les jeunes ménages. Ces quartiers à caractéristiques écologiques modernes incarnent donc la volonté du gouvernement à réduire l’impact du bâti sur la nature. En d’autres termes, les écoquartiers visent à réduire les consommations énergétiques et d’eau, à mieux gérer les déplacements en incitant l’utilisation de transports doux, comme les transports en commun ou le vélo, à limiter la production de déchets, ainsi qu’à favoriser la biodiversité.
En 2013, plus d’une soixantaine d’opérations ont été retenues afin de participer à la procédure de labellisation accélérée et simplifiée dans la démarche de labellisation écoquartier. Sur 32 opérations lauréates, 13 projets ont été labellisés comme le quartier Claude Bernard à Paris, La Duchère à Lyon, ZAC de Bonne à Grenoble ou encore Le Trapèze à Boulogne-Billancourt. Avant d’obtenir le Label national EcoQuartier, ces opérations ont du passer par la signature de la Charte des EcoQuartiers leurs faisant bénéficier d’un accompagnement méthodologique et technique, pour ensuite être reconnu Engagé dans la labellisation, suite à une expertise du projet.