[MIE] Définition d’une entreprise RGE – Reconnu Garant de l’Environnement

30 novembre 2022, par Eloise

Catégorie : Les fiches pratiques

Dans le cadre de la rénovation thermique d’une habitation, l’efficacité énergétique du logement repose sur la qualité de réalisation des travaux. Faire appel à des entreprises labellisées RGE est désormais obligatoire. De plus, cette mention permettra aux particuliers de bénéficier des différentes aides publiques.

La mention RGE

Lancée en 2011 dans le secteur des travaux de rénovation énergétique, la mention RGE ou Reconnu Garant de l’Environnement atteste le respect d’un certain nombre de critères objectifs et transparents par l’organisme labellisé. En d’autres termes, la mention fédératrice RGE renforce les exigences des signes de qualité déjà existants, leur donnant un niveau d’exigence commun et une lisibilité accrue. Le label RGE est donc une qualification professionnelle reconnue en matière de rénovation énergétique, également appelé principe d’écoconditionnalité. Le label RGE est délivré aux professionnels ayant fait l’objet d’une évaluation de la qualité de leurs prestations et compétences. La finalité du label Reconnu Garant de l’Environnement est ainsi de professionnaliser la filière des travaux de rénovation énergétique et d’organiser la montée en compétences des professionnels du bâtiment pour garantir aux particuliers les économies d’énergie souhaitées.

Quelles sont les entreprises concernées ?

Si la mention RGE concerne les professionnels dans une démarche de renforcement de la qualité de leur prestation et de leurs compétences, elle offre également une meilleure vision aux particuliers des professionnels à qui ils peuvent confier en toute confiance la réalisation de leurs travaux d’économie d’énergie. À l’origine mise en place par l’État et l’ADEME ou l’agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie, la mention RGE s’adressait principalement aux entreprises réalisant des travaux d’efficacité énergétique des logements, dans le domaine de l’isolation thermique ou de chauffage, ainsi que les entreprises oeuvrant dans l’installation d’énergies renouvelables, comme l’énergie solaire photovoltaïque. Aujourd’hui, la mention RGE s’enrichit et s’ouvre aux bureaux d’études, de même qu’aux architectes et les industriels.

L’écoconditionnalité de certaines aides

À ce jour, 9 000 entreprises bénéficient de la labellisation RGE reconnaissant leurs qualifications dans le domaine de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Le gouvernement français quant à lui s’est fixé pour objectif d’atteindre 30 000 entreprises RGE d’ici mi-2014, pour 500 000 rénovations annuelles. En effet, à compter du 1er juillet 2014, le label RGE sera requis pour pouvoir bénéficier des différentes aides financières attribuées pour la réalisation de travaux d’économie d’énergie. Seule la mention RGE permettra donc d’obtenir un Eco-prêt à taux zéro ou éco-PTZ, un crédit d’impôt au développement ou CIDD, ainsi que les Eco-primes ou CEE. Cette nouvelle mesure permettra aux ménages de bénéficier d’une prestation de qualité fournie par un professionnel certifié RGE d’une part. D’autre part, elle incitera les professionnels à suivre une formation spécifique afin de mettre en avant la qualité de leur savoir-faire et ainsi monter en compétences.