Comment bien protéger un bois extérieur ?

17 mars 2022, par Eloise

Catégorie : Les fiches pratiques

On l’aime pour son caractère noble et chaleureux, cependant le bois est réputé pour être difficile d’entretien. Le bois, surtout lorsqu’il est placé à l’extérieur, nécessite beaucoup d’entretien. Quid de l’entretien destiné à protéger le bois extérieur.

Les ennemis du bois extérieur

Fenêtres, volets, bardage, terrasse, balcon,…le bois extérieur séduit un grand nombre de gens. Cependant, il est soumis au quotidien aux attaques de ses agresseurs. Dans la liste des ennemis du bois extérieur figurent les UV et l’humidité. Les rayons ultra-violets brûlent « la peau » du bois et entraînent son grisaillement et la formation de petites crevasses. Mais ces impacts sont uniquement d’ordre esthétique. L’altération n’arrive pas jusqu’en profondeur. L’humidité, par contre, est un problème beaucoup plus sérieux. Elle va favoriser le développement des champignons qui va entraîner à son tour la pourriture du bois et attirer les insectes xylophages.

Certaines essences sont épargnées…

Le bois extérieur ne subit pas les attaques de ses agresseurs de la même manière. Certaines essences présentent une durabilité naturelle plus importante Elles sont donc susceptibles de résister mieux aux agressions. C’est le cas notamment du mélèze, du Douglas, du chêne, du châtaignier et du robinier. Il faut juste éliminer l’aubier qui est la partie périphérique du tronc du bois. Celui-ci est riche en sucre. Il est donc susceptible d’attirer les insectes xylophages.

Améliorer la durabilité naturelle du bois

Grâce à des techniques modernes, il est aujourd’hui possible d’améliorer la durabilité naturelle de certaines essences. L’on cite entre autres le traitement thermique à haute température. Le bois est traité dans des fours spéciaux soumis à forte température variant entre 210 et 250°C. Il prend à l’occasion une couleur brune et gagne en résistance face à l’eau. Il résiste aussi aux attaques des insectes et des champignons. Le seul inconvénient est que le bois devient plus fragile. L’oléothermie est une autre technique qui ne présente pas cet inconvénient. Le bois est immergé dans un mélange d’huile de lin et de dérivés oléagineux végétaux. Il sera ensuite traité à une température inférieure ou égale à 130°C. Outre la protection contre l’humidité, les insectes et les champignons, cette technique permet au bois de ne pas grisailler au fil du temps. Elle ne demande pas non plus un entretien poussé.

Les produits de protection et de finition

Le bois extérieur peut en outre acquérir en défense face à ses agresseurs grâce à l’application de produits de protection et de finition. Par là, il faut entendre la lasure, l’huile et la peinture. Le mélange d’huile de lin et d’essence de térébenthine est un produit très utilisé pour protéger le bois extérieur. Il est moins onéreux et retarde le grisaillement. La lasure est aussi une bonne protection pour le bois extérieur. Elle peut même protéger contre les UV. Par contre, son application doit être renouvelée tous les 3 à 5 ans. Pour une protection plus longue durée, la peinture est la meilleure solution. Celle-ci forme une sorte d’écran sur la surface empêchant la pénétration des UV.