[MIE] Bien isoler son faux-plafond en 2013

30 novembre 2022, par Eloise

Catégorie : Les dossiers

L’isolation est incontestablement l’une des étapes les plus essentielles au cours de la construction ou de la rénovation d’un logement. Les plafonds ainsi que la toiture doivent faire l’objet d’une attention toute particulière pour éviter toute perdition d’énergie et de chaleur. Les nouvelles réglementations et normes environnementales en 2013 encouragent les particuliers à accentuer leurs efforts en matière d’isolation.

Les différentes normes en matière d’isolation

2013 sera une année de transition puisque la fameuse norme BBC (bâtiment à basse consommation) disparaît au profit de la RT 2012. Les normes techniques de ce label viennent renforcer la réglementation thermique notamment à l’encontre des logements neufs afin de réduire les émissions de CO2 et de réduire significativement la consommation d’énergie. Parmi les évolutions figurent notamment le recours obligatoire aux énergies renouvelables, une optimisation de l’isolation thermique et du traitement de la perméabilité de l’air. Fer de lance du développement durable, ces nouvelles normes ont pour vocation de réduire les dépenses énergétiques.

Dès janvier 2013, les nouvelles constructions doivent tenir compte de ces nouvelles normes thermiques édictées par la RT 2012 en faisant par exemple l’objet d’une expertise avant travaux. Ainsi, il sera conseillé aux propriétaires les différents matériaux et d’équipements pour la meilleure isolation possible. Le logement une fois construit, des professionnels viendront contrôler ce dernier en vue de sa conformité avec les normes de la RT 2012. En cas de conformité, une certification sera réalisée.

Les méthodes employées

Le plafond est sans conteste la zone où les pertes thermiques peuvent être les plus importantes dans le cas de la non- utilisation d’un isolant adéquate. Une mauvaise isolation des plafonds génère des consommations de chauffage excessives.
Les faux plafonds sont régulièrement posés dans le cadre d’une optimisation de l’isolation thermique d’une pièce. Cette isolation d’un plafond suspendu peut par exemple être réalisée avec des plaques de plâtre. De même, de la laine minérale peut être utilement fixée dans la zone séparant le plafond et le plafond suspendu, ceci dans le but d’accroître l’isolation. Il existe d’autres matériaux écologiques et disposant de caractéristiques d’isolation des plafonds tout à fait satisfaisantes. Parmi les autres moyens d’accroître les performances énergétiques de ses plafonds figurent également les dalles décoratives, qu’elles soient constituées de polystyrène ou de polyuréthane.

Conformément au grenelle de l’environnement, les matériaux écologiques seront privilégiés. Ainsi, parmi les isolants les plus performants concernant les plafonds figurent les laines minérales (de roche ou de verre). Compte tenu de sa haute teneur en air, réputé comme le meilleur isolant existant, la laine de verre constitue le matériau le plus adéquat en raison de ses performances et de ses vertus écologiques.

Dans le cas du polystyrène, sa forme expansée est particulièrement adaptée à son utilisation en tant qu’isolant dans les plafonds. Ce matériau est néanmoins moins écologique que la laine de verre.
Bien isoler son faux-plafond devient, en 2013, autant une obligation réglementaire qu’un acte écologique et civique fort. Cette démarche permet d’accroître significativement les performances de son habitat et de réaliser de substantielles économies d’énergie.