[MIE] Base de l’acoustique : la réduction des bruits d’impact sur les planchers

7 décembre 2022, par Eloise

Catégorie : Les fiches pratiques

Les bruits d’impact constituent les principales gênes acoustiques observées entre deux étages adjacents. Pour réussir l’isolation acoustique d’une construction, il est essentiel de se pencher sur la maîtrise et la réduction de ce type de bruit.

Quelques précisions sur les bruits d’impact

Un bruit d’impact est une gêne acoustique formée à partir d’un choc. Il s’agit d’une vibration résultant de l’application de forces variant rapidement en fonction du temps sur un point précis d’une structure. D’une manière générale, les bruits d’impacts se transmettent d’un étage à un autre via le plancher de par la continuité des matériaux composant la structure du bâtiment. Il peut également arriver que les bruits d’impacts se propagent vers des pièces non adjacentes, de l’étage inférieur à l’étage du dessus par exemple. Les bruits d’impacts les plus courants sont ceux produits par des chutes d’objets, des pas, des déplacements de meubles ou des machines comme les appareils électroménagers.

Une isolation acoustique selon le type de bruit

Afin de réduire les bruits de pas ainsi que les bruits de chocs, il est conseillé d’opter pour un revêtement de sol doté d’une sous-couche élastique, comme une moquette, certains sols plastiques, un parquet flottant ou une chape flottante. Par ailleurs, pour réduire les sons produits par certains équipements comme les appareils électroménagers, les instruments de musique percussifs ou les enceintes acoustiques, il est préférable d’investir dans une structure antivibratile ou des amortisseurs comme des plaques de liège anti-vibratile, une mousse épaisse, des plaques de caoutchouc, ou des supports de type silent-blocs qui serviront de support.

La réduction des bruits d’impacts en fonction du bâtiment et du niveau d’intervention

Améliorer la résistance mécanique du plancher est également efficace pour réduire les bruits d’impacts sur des planchers anciens. Pour les constructions datant de 1950 à 1960, l’idéal serait de modifier les revêtements de sol en un revêtement plus souple ou mieux, d’intégrer une chape flottante comme le propose Fermacell. Pour réduire la nuisance sonore dans les immeubles d’habitation récents, il est conseillé d’installer des dalles de béton pleines de 18 cm d’épaisseur au minimum. L’isolation acoustique dépend également de la source d’intervention. Si les bruits proviennent de l’étage supérieur, il est plus efficace de changer les revêtements de sol. Si ces bruits proviennent de l’étage inférieur, mieux vaut opter pour des doublages verticaux. Pour en savoir plus, nous conseillons de consulter les résultats phoniques en situation réelle proposée par le site www.apasdevelours.fr établi avec des matériaux bio-sourcés.